Cali & Popayan 0 – San Agustin 1

Une fois bouclés le Choco et l’axe cafetier, on s’est dit que l’air de rien, on allait sur nos deux mois dans le pays, et qu’on pourrait mettre un petit coup d’accélérateur vers le sud ! C’était hélas sans compter sur le pont du 16 octobre : le weekend de 3 jours nous a véritablement fiché des rondins entiers dans les roues ! Tout commence avec les bus Medellin – Cali, qui le vendredi soir sont absolument tous pleins ! Étant du genre flexibles, on s’en retourne dans le quartier San Antonio pour 24h de bouffe pas chère (les jus à 1000 pesos rappelez-vous), et on prend le bus de nuit du lendemain…

On arrive donc à Cali à 6h20 avec trois bons kilos de cirage sur la tronche, mais aussi avec une bonne adresse où aller passer deux jours. Sauf que les gusses qui conduisent les camionetas au départ du terminal ne connaissent apparemment pas bien leur ville, et que nous on n’a pas les yeux en face des trous ! Résultat : 2h d’errances douloureuses sur les pentes de la métropole sudiste, sacs sur le dos, pour finalement trouver notre auberge… complète ! C’en est trop. Nous qui venions un peu à reculons dans cette grande ville, en sommes maintenant gracieusement poussés vers la sortie. C’est ainsi que vers 10h30, on embarque dans un nouveau bus pour Popayan, et là, l’article peut commencer ! 🙂

Popayan, la cité blanche

Ne figurant initialement pas sur notre itinéraire, Popayan s’y est finalement incrustée par la force des choses. La ville en elle-même ne vaut qu’un bref détour, SURTOUT un dimanche et un lundi férié, où l’ambiance est bien loin d’être funky ! La ville est entièrement immaculée, une fière cathédrale blanche trône sur le Parque Las Caldas, et on peut escalader la colline du Morro de Tulcan pour admirer le coucher du soleil… Enfin, quand il n’y a pas de nuages devant évidemment ! Autant dire qu’on a passé notre tour. 🙂 Et voilà c’est tout !

C’est une blague, on a quand même autre chose à raconter ! Notre grande fierté, ce n’est pas d’être restés coincés à Popayan 6h de plus que nécessaire, c’est d’y avoir réalisé un sans-faute gastronomique ! Au menu :

  • deux repas de folie au Meson Gourmet, bien au-dessus de ce qu’on nous sert d’ordinaire : soupe de légumes à la coriandre, suprême de poulet sauce ananas, rôti de porc aux champignons et à l’origan, salades de fruits… Un délire.
  • des empanadas de pipian : de toutes petites empanadas de pomme de terre accompagnées d’une sauce piquante à la cacahuète !
  • des pâtes au pesto ! On se trimbalait le pot depuis quelque temps, il fallait que ça cesse 🙂

Informations pratiques :

  • Dodo : Casa Familiar Turistica, 40 000 COP/personne en chambre double, sdb commune, cuisine
  • Manger : Meson Gourmet, almuerzos fantastiques de 7000 à 10000 COP ; Cafeteria La Fresa pour les fameuses empanadas de pipian (200 COP l’unité)

San Agustin, le repos des guerriers

On l’a brièvement évoqué : on a fait un nouveau faux départ à la sortie de Popayan ! Tous les bus de la journée pleins, on embarque à 16h pour les cinq heures réglementaires sur une piste terrible. Mais genre, atroce. Du style, ne vous grattez pas le nez, vous allez vous crever un œil ! Et l’arrivée à 22h30 à l’hostel retardera donc d’une nuit notre coup de foudre absolu pour l’endroit où on a atterri. La Casa de François, que nous recommandons à tous, a tout pour nous plaire : de la verdure et des fleurs partout, des chambres confortables avec des COUETTES, des bons plats (des CRÊPES !), une vaste cuisine bien équipée et surtout, des prix abordables !

On passera donc 4 jours dans cet éden francophone, majoritairement pour se remettre de nos émotions, mais sans oublier d’explorer la région ! Celle-ci est célèbre pour les centaines de drôles de statues humanoïdes, disséminées dans la campagne alentour, et à l’affiche de trois parcs archéologiques différents. Premier jour, on opte donc pour une promenade à cheval de 5h à travers quelques uns des sites mineurs. On est guidés par Carlos et son neveu Santiago, qui monte en croupe derrière Laure, absolument RA-VIE d’avoir un mouflet dans les pattes ! (C’est une blague, il était parfaitement adorable et ils ont fini meilleurs potes 🙂 )

Sous un soleil radieux, on passe successivement par :

  • le musée ethnographique du Tablon, rempli d’outils et d’objets anciens, des sarcophages, des presses à canne à sucre, des instruments de musique…
  • la Chaquira, où une figure est sculptée à même la roche surplombant le canyon du Rio Magdalena
  • le Purutal, où ont été découvertes les seules statues ayant conservé leur coloration originelle.

Une fois encore, Laure rayonne sur son destrier, tandis que Shank… commence à s’y faire doucement disons. Avec un peu de chance, on finira par le transformer en « pony, glitter and unicorn lover » !

Troisième jour (le deuxième ayant été consacré entièrement à la glandouille), on se lance à l’assaut du principal parc archéologique, à 3km du centre de San Agustin. Tout commence avec un beau musée présentant le massif méridional, les cultures indigènes et les découvertes effectuées, puis continue dans le Bosque de Las Estatuas (la forêt des statues), où un grand nombre de statues de toutes formes sont exposées dans un contexte boisé fort agréable.

Et enfin, une longue boucle permet de voir les mesitas (des installations funèbres) décorées d’énormes statues, et enfin l’Alto de Lavapatas, d’où dévalent des canaux creusés à la main par les indigènes. Dans l’ensemble, un très bel endroit, les statues sont tour à tour jolies, drôles, impressionnantes, et il n’y en a pas deux pareilles !

Et ce même troisième jour, quel n’est pas notre plaisir de voir arriver Manon et Quentin, nos amis croisés un mois plus tôt dans le désert du nord ! Autant vous dire qu’on repart pour une folle soirée à refaire le monde et répéter des répliques de OSS 117, Kaamelott, François l’Embrouille… Mais hélas, toutes les bonnes choses ont une fin, et il nous reste encore quelques micro-étapes avant le passage en Équateur !

Informations pratiques :

  • Dodo : Casa de François, 45 000 COP/personne en chambre double, sdb commune, vaste cuisine
  • Manger : Casa de François, plats autour de 10000 COP, snacks de 4000 à 5000 COP
  • Sorties : randonnée à cheval avec Carlos (35 000 COP par cheval + 70 000 COP de guie à partager entre tous les participants) ; Parque Arqueologico (20 000 COP le pass valable 2 jours dans les 3 parcs)

3 Commentaires

  1. Encore merci pour ce nouvel article dont certains passages m’ont bien fait rire.Par contre j aimerais la traduction de pony,glitter et unicorner lover…(avec peut être une référence avec????) Arielle

  2. Retour PingApothéose de Mocoa à Ipiales - Les Butineurs Libres

  3. Retour PingDans les cieux boliviens : du Titicaca à La Paz - Les Butineurs Libres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *