Koh Kut : vallons, verdure et couchers de soleil

Si notre voyage d’un an figurait une existence humaine, à l’orée du mois de mai il devrait être temps de se mettre à la retraite ! Les mauvaises langues feront une remarque cynique sur l’état actuel des retraites en France, mais ce n’est pas le propos ici, on est des marchands de rêve que diable ! Et le prochain produit arrive directement de la petite île de Koh Kut, non loin du Cambodge, où on pose le pied après 48h de voyage, weekend du 1er mai oblige !

Dans l’ombre de sa grande sœur Koh Chang, lieu de villégiature favori des bangkokois, Koh Kut est un peu plus confidentielle. Mais une première traversée en pick-up depuis le village de pêcheurs de Ao Salad nous montre que les guesthouses, hôtels et autres resorts y sont déjà implantés en nombre. Ceci dit, en cette saison basse, il n’y a pas un chat dans les rues et les hôtels sont aux trois quarts vides ! Nous, ça nous va parfaitement, et c’est sur ces routes vides mais impeccables, sur ces vallons pentus, dans cet écrin de verdure qu’on lance notre scooter ! Car oui, en Birmanie, on est tombés amoureux du cyclomoteur, du vrombissement bruyant de son 50cc, de ses démarrages péchus et de cette décharge d’adrénaline qu’on a quand on passe les 40km/h.

Alors qu’est-ce qu’on a trouvé le long de ces routes sinueuses en montagnes russes ? D’abord des plages, bien évidemment. Elles sont disséminées un peu partout sur la côte occidentale, leur sable est si blanc qu’il nous éblouit, des rangées de grands palmiers offrent l’ombre nécessaire à Shank pour ne pas succomber en laissant derrière lui une flaque de sueur, et une eau qui sous ses dehors accueillants et ses reflets turquoise cherche en fait à vous carboniser les pieds.

A Siam Beach, on trouve une balancelle pour faire des séances photo, à Ao Phrao, on squatte brièvement les transats du resort, et on a trouvé à la plage publique de Khlong Chao le spot préférentiel pour admirer le coucher de soleil. Nous qui avions pourchassé sans relâche le crépuscule parfait pendant onze mois, on a subitement été comblés à Koh Kut, où le spectacle changeait tous les soirs avec la forme des nuages !

Mais l’observation crépusculaire a trouvé son paroxysme le 4 mai, quand nous avons suivi les conseils d’un autrichien établi sur le continent et connaisseur de l’île. Il nous recommande une plage entièrement déserte au nord-ouest, non loin du Captain Hook Resort. On y élira domicile le temps d’une soirée, sur une langue de sable avançant vers l’îlot de Ko Raet. A cet endroit, des vagues venant de deux directions différentes formeront un véritable damier à nos pieds, le soleil illuminera le ciel de ses rayons orangés, et un arc-en-ciel ENTIER viendra envelopper l’île derrière nous. Sans rire, on se serait cru dans Under The Dome !

Mais ce qu’on est aussi allés chercher, c’est le bruit blanc de l’eau et les piscines naturelles nichées au fond de la forêt. Et des piscines, il y en a au pied des cascades, au nombre de trois sur l’île ! On en a visité deux, la première étant Khlong Chao, située à quelques encablures de notre guesthouse. C’est sans doute la plus célèbre car le roi Rama VI en personne est venu la visiter et y apposer son paraphe sur une pierre. Chutes relativement hautes, bassin circulaire avec des poissons, voisinage végétal luxuriant, l’endroit a tout pour plaire ! Sauf que quand on y a été, il s’est mis à pleuvoir !

Pas étonnant alors, qu’on ait préféré nos expériences à la deuxième Khlong Yai Kee. De grandes chutes, bassin circulaire et poissons itou, mais en plus quelques larges rochers plats pour accueillir nos serviettes et nos parties de crapette, c’est pas merveilleux ça, hein ? Et accessoirement, nous avons vu l’endroit avant et après les pluies diluviennes de l’avant-dernier soir, et la différence est plutôt impressionnante ! Englouties par les eaux nos tables de jeu, submergés les cailloux pointus qui nous permettaient d’arriver aux abords du bassin ! Heureusement, poussés par notre caractère profondément aventurier et la sublime arrogance du français qui fait semblant de ne pas voir l’interdit sur son chemin, on joue les équilibristes sur les roches glissantes et on pose notre sac au bord de l’eau ! Dans un accès de folie exploratrice, on grimpera même sur les rochers du haut de la cascade, simplement parce qu’on peut ! 

Au final, le séjour sur Koh Kut s’avérera des plus agréables, à tel point qu’on l’a prolongé d’une journée. Tout ce vert, la totale liberté de circuler à scooter, les cascades, la mer, le soleil, ses couchers, et peut-être par-dessus tout notre cantine, son adorable propriétaire et ses petits plats ultra-savoureux ! En vérité, on aurait presque pu se garder cette île charmante pour la toute fin 

Informations pratiques

  • Dodo : Mata Guesthouse, non loin de Khlong Chao, à l’intérieur de l’île autour d’un bras de rivière. 550 bahts en bungalow, sdb privée, ventilateur.
  • Manger : on a testé plusieurs établissements mais notre coup de cœur ultime va au Chill Out, un petit bijou caché dans la montée au sud de Khlong Chao : l’adorable propriétaire vous servira d’excellents jus et thés thaïs entre 40 et 60 bahts, des pad thai savoureux à … bahts, des fantastiques currys à 120 bahts, et en dessert les rotees aux fruits à 50 bahts ! Si vous aimez les fruits de mer, vous pouvez tester Noochy Seafood à Ao Yai : meilleur resto de l’île selon TripAdvisor, sa cuisine n’est pas à la hauteur de son prix (150 bahts pour un plat de fruits de mer de base).
  • Sorties : location de scooter à la guesthouse à 200 bahts la journée (250 pour un seul jour). L’accès aux plages et aux cascades est gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *