Chili : on fait le bilan !

59 jours ! C’est le temps qu’on a passé à vadrouiller au Chili !
On a partagé un sacré paquet de moments avec les copains et on en a pris plein les yeux, mais aussi plein les jambes, les cuisses, les mollets et les genoux ! 🙂 Eh oui, le Chili, et la Patagonie notamment, c’est « the place to be » pour trekker !
Ça a aussi été l’occasion de pulvériser notre record de kilomètres avalés ! On y aura en effet parcouru plus de 10 000 km OKLM ! Parce que le Chili c’est tout simplement 4 300 km de long tendus entre le Pérou et le célébrissime Cap Horn sur 180 pauvres petits km de large !
Ah oui et ça a également été le pays de la remplumade : finis les restaurants désormais trop chers pour notre budget, bonjour les plâtrées de pâtes XXL et adieux chers petits kilos perdus… 🙂

Et maintenant, place au résumé de nos presque 2 mois au pays du street art, de la chorillana, des Mapuche et du completo italiano !

L’histoire commence au nord, dans le célèbre désert de San Pedro de Atacama. Vous vous souvenez ? C’est là que nous a mené notre traversée du Salar d’Uyuni et du Sud Lipez : le coin à la mode pour passer la frontière bolivo-chilienne !

Bref, Atacama c’était : des retrouvailles avec nos supers copains de Takatoukiter Laura et Tim, un pick-up rutilant pour écumer les routes, un souffle de liberté de folie, des lagunes à nous faire tourner la tête (même après le Sud Lipez) et un nouvel an gastronomique avec les copains !

Après cette escapade désertique, on a rendu notre Titine à regret, on a dit au revoir aux copains et on a descendu la bagatelle de 1200km pour faire escale dans la vallée de l’Elqui. C’était court mais intense ! Quelle régalade de retrouver du vert à foison et des vignes à perte de vue !! Eh oui, ce coin-là, il est réputé pour trois choses : son soleil 364 jours par an, ses ciels étoilés complètement hallucinants et son pisco, l’alcool national issu de la distillation du raisin ! Du coup, avec une journée sur place dans le petit village de Vicuña, on a optimisé à fond : balade au bord des vignes, essai gastronomique transformé de la « cuisine solaire » (nos papilles en frétillent encore) et observation des étoiles à la lunette astronomique la nuit !

Pourquoi ne pas s’être attardés plus longtemps dans ce petit eden nous direz-vous ? Mais parce qu’on avait rendez-vous ! Avec notre copain Olivier (et accessoirement avec les saucissons dans sa valise) à … VALPARAISO ! Ouaiiiiiiiiiiiiiiiiis ! Ville bobo, bonheur bohème, qui nous a régalés pendant une bonne semaine. On a écumé les « cerros » de la ville, on s’est nourri d’empanadas et de street art, présent sur tous les murs jusqu’aux façades des camions poubelle, et on a vu la vie en rose dans ses ascenseurs mythiques aux notes de funiculaires ! On a visité la « Isla Negra », une des maisons de Pablo Neruda, on s’est émerveillé devant ses collections de coquillages et de figures de proue et on a rêvé la vie derrière ces baies vitrées XXL donnant vue sur le Pacifique déchaîné ! Enfin, on a fait un petit tour du côté de Concon, pour contempler la mer depuis le tapis velouté (et brûlant) des maxi dunes de sable.

Une semaine c’était encore trop court mais hélas… L’aventure nous appelait au bout du monde… Au sud, bien plus au sud… Un rendez-vous avec l’émotion… Rien que ça… En Patagonie !
Depuis Puerto Natales, on s’est offert le célébrissime trek W dans le parc Torres del Paine ! On en a pris plein les yeux, à coup de lagunes et de lacs turquoise, de sommets enneigés contrastant avec le ciel azur, de prairies fleuries et de glaciers monumentaux ! Bref, l’étalage d’une nature belle et sauvage, sous le soleil, la pluie et les tempêtes de neige, mais sans les touristes à la queue leu leu qu’on nous avait promis ! Pas mal !

Comme on en voulait encore plus, et qu’on doit être un peu maso, on a traîné nos carcasses encore endolories toujours plus au sud pour trekker autour de la ville la plus australe du monde. NON CE N’EST PAS USHUAIA, mais la belle PUERTO WILLIAMS sur l’île de Navarino ! Y arriver nous a pris 30h de ferry à naviguer entre les canaux du détroit de Magellan, à contempler les glaciers du parc national Agostini pour finir dans le canal de Beagle. A destination on a défié les « Dientes de Navarino » qui, même si nous sommes arrivés au bout, nous ont malmenés dans les grandes largeurs et sans prendre de pincettes !

Après un rapide stop sur la Isla Magdalena pour observer environ UN MILLION de manchots de Magellan se trémousser dans leur smoking, on a foncé vers l’Argentine. On a littéralement écarquillé les yeux devant le spectacle du Perito Moreno. Ce glacier géant aux reflets bleutés craquant et grondant en laissant tomber d’énormes morceaux de lui-même dans les flots glacés ! On a aussi profité à fond du mythique Fitz Roy à El Chalten et on y a dégusté un burger-frites tout aussi mythique ! 🙂

Après cette courte mais dispendieuse parenthèse albiceleste, on est retourné dans notre Chili chéri pour naviguer au cœur des Cathédrales de marbre tant attendues et marcher, crampons aux pieds, sur le glacier Exploradores ! Bon sang de bois, quelle vie !

C’est à ce moment-là que la machine s’est déréglée, avec une remontée bien laborieuse de la Carretera Austral ! Les bus et ferrys complets et les auto-stoppeurs par dizaines nous ont mené la vie dure sur le chemin de Coyhaique, La Junta et Chaiten. La pluie nous a ensuite rapidement chassés de l’île de Chiloé, qui a quand même eu le temps de nous offrir sous le soleil ses palafitos multicolores et quelques unes de ses églises de bois. Les nuages, le ciel gris et les millions de touristes chilenos (ah bon on exagère?!) nous ont chassés encore plus rapidement de Pucon, dont on nous avait pourtant beaucoup vanté le décor. Dommage !

On a finalement suivi le soleil et nos copains Elise et Tom vers Talca ! Meilleure idée de cette fin d’aventure au Chili puisqu’elle nous a permis de faire une randonnée douloureuse mais absolument magnifique dans la réserve Altos de Lircay sous un soleil retrouvé ! Enfin, un repas de retrouvailles complètement incroyable avec un ancien copain de lycée a finalement conclu nos aventures chiliennes à Santiago sur une note parfaite ! La suite, c’est le Pacifique avec l’île de Pâques et la Polynésie Française !

 


Budget

Niveau budget on va pas vous cacher que ça a été douloureux ! Payer en moyenne 15€ par personne pour un lit en dortoir, on avait vraiment pas l’habitude… Et la pilule est pas très bien passée ! On a aussi cuisiné quasiment tout le temps : les restaurants qu’on s’est offerts se comptent sur les doigts de deux mains ! Mais c’était le prix à payer pour s’offrir des souvenirs inoubliables comme la marche sur le glacier Exploradores, les manchots de Magellan, le trek W de Torres del Paine, le Perito Moreno, etc etc. Allez hein, on va quand même pas vous refaire la liste de ce qu’on a fait, filez lire nos articles ici (http://butineurslibres.fr/chili)  ! 🙂

Finalement on a fini le périple avec un budget moyen de 44,40E par personne et par jour ! Assez loin de tout ce qu’on avait fait jusque là !


Itinéraire

Au risque de répéter tout ce qui vient d’être dit, l’itinéraire a été le plus simple du monde : arrivée au nord, descente à l’extrême sud, remontée à Santiago par l’Argentine. Un trajet tout en longueur, plutôt centré sur la Patagonie, et qui omet malheureusement un certain nombre de spots du milieu de Chili, de la vallée de l’Elqui à Chiloé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *