Puerto Rio Tranquilo : du marbre et de la glace

L’Argentine c’est déjà terminé ! On quitte le pays par le biais d’un bus nocturne au prix exorbitant et d’une séance de stop difficile à la frontière. Pour preuve, notre triolet a été obligé de faire scission, nos deux Butineurs se trouvant séparés pendant quasiment une heure ! Mais heureusement, on dispose d’une journée pour reprendre nos esprits dans le calme village de Chile Chico. Et 30h après avoir passé la frontière, on arrive à Puerto Rio Tranquilo, de l’autre côté du magnifique et immense Lago General Carrera !

En crampons sur un glaçon

En ville, on retrouve ni une ni deux nos nouveaux copains Elise et Tom, rencontrés sur les pentes du Fitz Roy ! Et dès le lendemain, on se prévoit tous les cinq d’aller se promener sur le glacier Exploradores, bien meilleur marché que le Perito Moreno.

Après une heure et demie de bus à travers la montagne poussiéreuse mais verdoyante du Parque Nacional Laguna San Rafael, on rassemble notre matériel et on se met en marche ! On débouche assez rapidement sur une moraine glaciaire latérale qu’il nous faut escalader pour arriver au glaçon lui-même. (Petite parenthèse géologique, même si pour beaucoup ce ne sont que trivialités : quand un glacier avance, il racle la montagne et emporte avec lui des tonnes de gravats et de roche. Ceux-ci forment d’énormes tas à l’avant et sur les flancs du glacier : ce sont les moraines !)

Une fois passée la moraine latérale, on pose le pied sur un sol qui à première vue ressemble en tout point au premier. SAUF QUE NON ! C’est un nouveau terme technique géologique qu’on va pouvoir vous expliquer ! 🙂 Sans le savoir, nous avons posé le pied sur le till. Figurez-vous que quand le glacier avance en charriant de la caillasse, il s’en met plein partout au-dessus de lui. Ce qui donne une accumulation de pierres, de graviers et de sable… sur le glacier ! Donc sur le till, on marche déjà sur le glacier ! Et la glace est noire, c’est pas dingue ça ? HEIN ?!

Après le till, les véritables hostilités démarrent : on chausse les crampons, on met le bonnet et les gants, et on attaque le plancher glacé de nos dents d’acier ! La démarche est souvent ridicule, surtout en montée et en descente (pour preuves les techniques dites « du pingouin » et « du chasse-neige inverse »), et on a interdiction formelle de marcher sur les pierres, mais on se sent les maîtres de la glace !

Loin de l’infernal champ de piquants du Perito Moreno, le paysage de Exploradores est plus doux à l’œil, avec ses nombreuses dunes, courbes et circonvolutions de glace. Mais à l’instar de ce même Perito Moreno, même sous un manteau de poussière et de cailloux, l’infinité de reflets bleus nous émerveillent ! Crevasses turquoise, fosses profondes et grottes ruisselantes sont traversées, photographiées, admirées par nos yeux d’enfant. Et ce glacier qui blanchit au fur et à mesure qu’on avance ne semble jamais vouloir se terminer ! Ce n’est qu’au bout d’une bonne heure de marche qu’on commence à apercevoir sa partie supérieure dans le lointain !

Au final, deux bonnes heures de marche sur le glacier, deux heures de plus à crapahuter sur les moraines, et des petits rappels de géologie : pas étonnant que dans le bus de retour ça roupille sec !

Au bout de l’attente, le marbre…

Mais dites-vous bien qu’il n’y a pas que le géant gelé qui attire les foules dans ce paisible bourg lacustre. À quelques kilomètres du village, on trouve une autre beauté rocheuse qui se prélasse les pieds dans l’eau en attendant que les badauds viennent la contempler. Repérées par Laure sur Pinterest plusieurs mois avant le grand départ, les Capillas de Mármol (cathédrales de marbre) étaient avidement attendues par les Butineurs, vous pouvez vous en douter !

Mais -nous allons devoir vous spoiler- les monuments rocheux, malgré leurs atouts esthétiques certains, nous ont un peu déçus. La faute sans doute au mode de locomotion choisi pour les visiter. Nous partons tous les trois en petit bateau à moteur des côtes de Rio Tranquilo, accompagnés d’une dizaine de touristes, dont une bande de jeunes chiliens selfiomanes. Après une petite demi-heure de navigation, nous contournons un coin de terre pour déboucher dans une petite crique avec une première série de caves blanchâtres. Leur taille réduite ne nous permet pas d’y engager le bateau, mais l’association du blanc marbré et du turquoise est déjà porteuse de belles promesses.

Autour de la crique se succèdent d’autres caves, mais le plat de résistance se trouve quelques centaines de mètres plus loin, cette fois sous forme d’un îlot rocheux séparé des rives du lac. Et là, c’est l’explosion : le soleil illumine les eaux limpides d’un turquoise onirique, tandis que s’élèvent devant nous les cathédrales de marbre ! Les arches bicolores s’alignent les unes à côté des autres, les flashs crépitent, l’affliction des jeunes chiliens  en plein shooting éclate au grand jour, le reste du groupe est en extase. Sauf notre capitaine, que de nombreuses années de métier autorisent visiblement à se blaser d’un tel spectacle.

Mais nous aussi allons bientôt froncer le sourcil, lorsqu’une douzaine de kayaks jaune et rouge flash commenceront à serpenter entre les arches et à s’incruster sur toutes les photos ! Et à peine cinq minutes plus tard, le moteur vrombit et notre capitaine amorce le retour en ville. Whaaaaat, déjà ?!

Après cette visite bien trop brève, nous hésiterons à retourner aux cathédrales en kayak, histoire de kiffer tout notre soûl. Mais hélas, la magie avait déjà disparu, et tous les trois (Laure la première), devions concéder que l’endroit, bien qu’il fût magnifique, ne valait pas une dépense supplémentaire…

Informations pratiques

  • Dodo : camping Bellavista, 5000 pesos/personne en camping, 10 000 en dortoir, sdb partagée, cuisine
  • Manger : on se fait encore et toujours la cuisine, mais il y a quand même moyen d’aller se prendre un petit completo (2000 pesos) au bord du lac près des cabanes des agences touristiques
  • Sorties : randonnée sur le glacier Exploradores, 60 000 pesos/personne pour la journée, inclut le transport (3h aller-retour), le déjeuner (léger) et l’équipement. Pour aller voir les cathédrales : 10 000 pesos/personne pour un tour de 1h30 en bateau à moteur ou 35 000 pour une sortie en kayak. ALERTE BON PLAN : nos copains Laura et Tim ont trouvé une agence à 4km au sud du village qui vous fait le tour en kayak double à 15 000 pesos/personne !

Un Commentaire

  1. waouhhh…….ca donne envie d y aller,surtout les cathedrales de marbre! Arielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *