L’éthanol et les étoiles de l’Elqui

À la sortie d’Atacama, le décompte affiche 3 jours avant le rendez-vous à Valparaiso avec notre pote Olivier. Comme il est hors de question de se cogner les 24h de bus réglementaires pour y aller, on coupe le trajet en deux pour s’arrêter dans la vallée de l’Elqui ! Quelle meilleure occasion pour s’attaquer à nos résolutions 2017 ? Soyons économes, faisons du stop, ça permettra en plus de vérifier que la réputation du pays n’est pas usurpée ! Verdict : elle ne l’est pas, le Chili se prête très bien au stop ! Dans la voiture d’un couple chilo-bolivien adorable, on dévore en 3h les 300km qui nous séparent d’Antofagasta, pouce levé !

Rayons de soleil et vignes

Un bus de nuit jusqu’à La Serena et un bref bus de jour plus tard, on pose nos sacs à Vicuña, porte d’entrée de la vallée de l’Elqui, sous un soleil de plomb ! Étonnamment frais après une énième nuit dans le bus, on se lance dans une promenade à travers les coteaux entourant la ville.

Direction les villages voisins, et précisément Villaseca, un des lieux où on peut tester la cocina solar, la fameuse « cuisine solaire » ! C’est tout naturellement que ce type de restaurant a vu le jour dans une région baignée de soleil l’écrasante majorité du temps.

Le principe est diaboliquement simple : dans un caisson d’aluminium percé de vitres, les rayons du soleil sont concentrés grâce à des miroirs, permettant de cuire toute une ribambelle de plats sans électricité aucune ! C’est quand même plus constructif que de cramer des insectes avec une loupe ! Et en plus le résultat est bluffant : on déguste coup sur coup du pain maison exquis, de la purée maison et un poulet cuit à la perfection. Le repas est copieux et d’excellente facture, on en redemande et on recommande !

En bons français qu’on est, on pense forcément à conclure notre ripaille par un petit digestif. L’Elqui c’est le pays du raisin : allez hop, direction la pisquera Capel, où l’on produit le célèbre pisco, le nectar qui attise la rivalité avec le voisin péruvien !

Par les vapeurs ethanoliques alléchés, on prend une visite premium incluant une dégustation à la fin : GRAVE ERREUR. La visite nous en apprend effectivement plus sur la production du pisco dans la région, on visite des caves où s’empilent les tonneaux et dont s’échappent des effluves enivrants, mais la dégustation se résume à un shot de pisco vieux et à des cocktails industriels surchargés de sucre imbuvables ! Tant pis pour l’expérience Pisco Sour authentique !

La tête dans les étoiles !

Dernière étape de cette journée marathon : une petite séance d’observation astronomique ! Dans la vallée de l’Elqui, on est officiellement sur la Ruta de las Estrellas (Route des étoiles), donc mieux vaut en profiter ! Et bien nous en a pris, car le déroulé plutôt rocambolesque de la soirée a valu son pesant de raisin ! Explications.

Une voiture de l’observatoire était censée nous récupérer à l’hostel à 23h. À minuit moins le quart, la nuit en bus commence doucement à nous rattraper et on est à deux doigts de pisco d’abandonner. Mais on leur passe quand même un petit coup de bigot, par acquit de conscience. On nous jure sur tous les saints du Chili que le chauffeur est venu, qu’il nous a cherchés mais pas trouvés. Sauf qu’en creusant un peu, on établit qu’il était venu au mauvais hostel. Dès lors, un véhicule est immédiatement dépêché pour nous ramasser, le chauffeur se répand en excuses et nous amène en deux-deux au site d’observation. A l’arrivée, on a raté la partie théorique mais on est juste à l’heure pour observer les astres !

Et au Chili, on ne regarde pas les galaxies les mains vides : plaid, soupe à la tomate, pain aillé et verre de blanc sont de rigueur ! Au-dessus de nos têtes, dans un ciel qu’aucun nuage n’ose troubler, la Voie Lactée se déploie dans toute sa splendeur, on voit à l’œil nu des milliers d’étoiles, des constellations, et notre animateur nous montre à la lunette clusters d’étoiles, nébuleuses et galaxies lointaines. C’est absolument magnifique, on en reste rêveur… Mais pas trop longtemps parce qu’en fin de session, alors qu’on se préparait à négocier une ristourne, on nous annonce que non non non, pour nous c’était gratuit, et l’administration tient même à nous faire cadeau d’une bouteille de Vendange Tardive ! AH BON ! D’habitude, côté cadeaux, on a plutôt tendance à faire dans la quenelle dans ces coins-là… Au final, on rentre à 2h du matin, le porte-feuille intact, des étoiles dans les yeux et une bouteille en poche ! Tout le contraire d’une soirée à Paris, en voilà une qu’on est pas prêts d’oublier…

Informations pratiques

  • Dodo : Hostal La Elquina, 10 000 pesos par personne en chambre double, sdb partagée, cuisine.  Super endroit avec grand jardin baigné de soleil : on y serait bien resté plus longtemps !
  • Manger : cuisine solaire Donde Martita, repas entrée-plat-boisson à 8000 pesos par personne, excellent !
  • Sorties : visite premium de la pisquera Capel avec dégustation : 6000 pesos par personne, à éviter. Globalement même sans visite premium, on ne conseille pas, essayez de trouver quelque chose de plus artisanal et familial !
    Soirée astronomique avec l’observatoire Alfa Aldea : 10 000 pesos par personne (inclut un verre de vin et un snack). Attention : contrairement à ce qu’écrit le Lonely Planet, en haute saison, les groupes sont blindés et le temps d’observation est donc assez faible…

Un Commentaire

  1. Waouuuhh!!c est bon vous nous avez convaincu de nous arreter dans le coin c est magnifique! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *