Du Salar de Uyuni au Sud Lipez

Le deuxième et (déjà) dernier épisode bolivien a pour théâtre le sud-ouest du pays, réputé pour ses paysages spectaculaires. C’est aussi la porte d’entrée vers le pays suivant : le Chili !

À notre arrivée à Uyuni, qu’on rallie en bus de nuit (tiens donc, ça faisait longtemps !), on réserve directement un tour de 3 jours à travers le Salar de Uyuni, puis le Sud Lipez, avec pour destination San Pedro de Atacama, de l’autre côté de la frontière !

Dans les mosaïques de sel

Le Salar de Uyuni, le vaste désert de sel perché à 3600 m d’altitude, est, au même titre que le Machu Picchu, une des grandes attractions de la région. Inutile de dire que dans ces conditions, la ville d’Uyuni, porte d’entrée vers le monument naturel, n’a que peu d’intérêt, sinon d’héberger les deux mille agences touristiques qui vous conduisent en 4×4 à travers le royaume des gemmes ! Enfin, on dit ça mais en attendant, c’est ce qui nous permet d’y dénicher sans peine un tour de 3 jours partant deux heures plus tard ! On partira en compagnie de deux familles de quatre (une bolivienne et une franco-bolivienne) et de deux jeunes mexicaines.

Laure, qui a suivi le même parcours en 2012, sait à quoi s’attendre. Mais dès notre premier arrêt au cimetière des trains, juste en dehors de la ville, quelque chose cloche, et bien vite l’expédition prend une saveur un peu aigre : des dizaines de 4×4 nous emboîtent la roue et vomissent leurs touristes sur les sites d’intérêt.

D’une dizaine de véhicules au cimetière, on passe à une vingtaine aux lagunes chaudes soufrées de l’entrée du Salar, puis carrément à soixante au niveau de la Isla Incahuasi, îlot rocheux hérissé de cactus dodus au milieu de l’océan de sel !

Mais les paysages sont spectaculaires, le plancher écru s’étendant à perte de vue pour aller à la rencontre de l’horizon, où les nuages laissent de longues traînées blanchâtres. Et comme le veut la tradition, les innombrables touristes dont nous faisons partie s’en donnent à cœur joie pour faire les célèbres photos en perspective du Salar… Avec plus ou moins de succès ! 🙂

En soirée, alors que le soleil se couche et la lumière rasante se fait de plus en plus belle, nous arrivons aux chantiers d’exploitation saline, où les ouvriers ont laissé des blocs pour que les touristes puissent s’amuser, écrire le nom de leur pays ou de celui ou sel qu’ils aiment. Attention les yeux !

Sud Lipez, montagnes et flamants roses

Après une première nuit dans le petit village de San Juan del Rosario, juste à la sortie du Salar, nous prenons la direction des déserts et des montagnes du Sud Lipez à bord de notre gros 4×4 tuné ! D’un village minier fantôme longé par des chemins de fer qui ne semblent aller nulle part, on roule vers le mirador des volcans au milieu d’un désert orange. Et pour ne rien gâcher, le nombre de voitures à significativement diminué ! 🙂

On tente tant bien que mal de ménager nos yeux, soumis à rude épreuve en raison du soleil, du vent et de la poussière, à raison car ils s’écarquilleront de plus belle à l’heure du déjeuner, quand nous arriverons en vue des premières lagunes salées ! Des eaux d’un bleu profond, un ciel qui se met au niveau, des montagnes rosées tout autour, des cohortes de flamants roses tamisant l’eau à la recherche de bonne pitance, et même des featurings d’un renard et d’un caracara qui pensent pouvoir se joindre à nous pour le déjeuner.

Le décor est parfaitement fantastique, et on se dit que seule une catastrophe pourrait nous enlever le sourire. BEN Y A QU’À DEMANDER ! Après deux clichés, notre appareil photo, déjà mis à mal par les vents et le sable, rend son dernier soupir. Fort heureusement nos téléphones sont en état d’assurer l’intérim en attendant que l’on trouve une solution, mais tout de même, quelle guigne !

Les lagunes suivantes nous offrent des spectacles similaires d’excellence esthétique, trouvant un paroxysme spectaculaire dans l’immense Laguna Colorada, battue par le vent et criblées de flamants roses. Chemin faisant, nous croisons même d’autres renards et des nandous !

Et figurez-vous que dans la voiture « des adultes », les discussions politiques, agricoles et environnementales vont bon train, nos amis boliviens étant respectivement maître de conférences à l’université et directrice du muséum d’histoire naturelle de La Paz ! Quel dommage cependant que ce ne soit pas la saison des amours dans les lagunes, ça aurait été l’occasion de voir les étranges volatiles se déclarer leur flamme en rose… Allez hop c’est cadeau !

Le dernier jour se termine un peu en queue de poisson, notre chauffeur écrasant la pédale pour rejoindre le poste frontière le plus tôt possible. Ce qui nous laisse peu de temps pour profiter d’eaux thermales fort accueillantes sous le vent du désert, de décors rocheux tout droit sortis de l’imaginaire dalien, et enfin d’une paire de lagunes sises au pied du célèbre volcan Licancabur et ses quasi 6000m sous la toise !

Mais enfin, on n’a guère le temps de s’appesantir sur ces menues contrariétés, car on fait notre entrée au Chili, l’un des plus gros morceaux de notre voyage !

Informations pratiques
Tour dans le Salar et le Sud Lipez de 3 jours – 2 nuits négocié à 700 bolivianos. Inclut transport en 4×4, guide, repas, 2 nuits en refuge (une chambre double et un dortoir) et transport jusqu’à San Pedro de Atacama. N’inclut pas les droits d’entrée sur la Isla Incahuasi (30 bolivianos), la réserve naturelle Avaroa (150 bolivianos) et la taxe de sortie du territoire bolivien (15 bolivianos). Tous les prix sont donnés par personne.
Conseil d’ami : si vous en avez la possibilité, poussez jusqu’à Tupiza et commencez le tour depuis là-bas, vous serez en décalé par rapport à tous ceux qui partent d’Uyuni, et donc bien plus tranquilles ! 🙂

Un Commentaire

  1. Beaucoup d’humour dans ces photos ,et toujours cette joie de vivre qui fait plaisir à voir….ça fait chaud au coeur
    Robert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *