Premiers pas en Equateur : Otavalo et Quito

Et voilà, la page Colombie a été tournée ! Un merveilleux séjour de deux mois dans un pays fantastique, mais au bout duquel, on le reconnaît volontiers, on avait besoin d’un peu de changement. Ou simplement de poser un nouveau jalon, pour tromper un peu le coup de mou de la mi-année… Bien heureusement, contrairement à d’autres frontières, le passage en Équateur à Rumicacha s’est fait rapidement, sans le moindre heurt : pas d’arnaque, pas d’embrouille, pas de queue de trois bornes de long au guichet, et on se retrouve bien vite à Otavalo, notre première étape ! Réputée pour son immense marché artisanal du samedi, la ville est aussi une bonne base pour partir à l’assaut des volcans alentour, alors allons-y sans plus tarder !

 

La lagune de Cuicocha

Au nord-ouest de la ville siège ce volcan à l’immense cratère, empli d’un lac d’où émergent deux îlots ressemblant à des cochons d’Inde, lui donnant son nom (cui = cochon d’Inde). On y accède en prenant le bus d’Otavalo vers Quiroga, puis en sautant dans un pick-up taxi vers la lagune.
En cette matinée nuageuse, le lieu ne se pare malheureusement pas de ses plus belles couleurs, mais n’en reste pas moins très impressionnant. Le cratère est absolument immense, le lac interne peut se parcourir en bateau, et on peut même randonner sur les dos des cochons d’Inde ! Et tant pis pour Brigitte Bardot.

On se lance donc sur le sentier autour du cratère, avec le bon espoir que les nuages se lèveront à la mi-journée. A notre grand dam, il n’en sera rien, mais pour être sûrs de pas rater une éclaircie on marche quand même tout doucement ! Pas un bon calcul, parce que le chemin colle au cratère au début, mais s’en éloigne carrément sur la deuxième moitié ! C’est ainsi qu’on s’est retrouvés à rusher comme des fous sur la fin pour ne pas faire attendre notre taxi ! L’occasion de se faire taxer de « jeunes gens bien pressés » par un groupe du troisième âge qu’on double à grandes enjambées. Ben oui mais bon… Don’t see the haters !
Au final, c’est bien 4h30 ont qu’il faut pour faire tout le tour, et pour qu’une petite trouée fasse ressortir (un peu) le bleu de l’eau ! Une récompense légère pour tous nos efforts, mais dont on se repaît néanmoins au moyen de quelques photos 🙂

Du Parque Condor aux burgers d’anniversaire

Le lendemain, c’est l’anniversaire de Laure !!! Hélas, quand une crève de tous les diables s’abat sur la superstar de la journée, on a du mal à envisager une journée à dominante festive. On revoit donc nos plans de grosse chouille à la baisse, et on inscrit modestement le Parque Condor à notre planning. Ce centre de réhabilitation pour oiseaux de proie est situé sur les collines de l’est de la ville, au pied de l’immense volcan Imbabura.

Au bout de 3km d’une route pavée avec vue sur le volcan et le lac San Pablo, on arrive à bon port, juste à temps pour voir les exhibitions de vol : faucons, chouettes et aigles se dégourdissent les ailes devant nos yeux émerveillés, mais pas le fantasmagorique condor des Andes ! On ne verra pas ses 3m d’ailes se déployer, car l’espèce est trop menacée en Équateur, et l’exhibition de vol est un exercice périlleux : sans les courants thermiques pouvant les porter, les gros rapaces s’écrasent parfois au sol comme des pierres ! Personne ne discute l’argument conservatoire, on se contente donc de les observer au sol, dans leurs cages…

Le reste de l’après-midi est consacré au repos, car il s’agit quand même de marquer un minimum le coup pour le dîner ! Et l’estomac a parlé : pour la deuxième soirée d’affilée, on va aller se tartiner les moustaches des excellents burgers de Sloppy Joe’s. Sauf que cette fois, on est pas seuls : notre pote Charly, rencontré 3 mois plus tôt au Costa Rica, est en ville avec Léo, son compagnon de voyage. La soirée se passe admirablement, à raconter nos histoires de voyage, échanger nos impressions, nos bons plans, pourlécher nos babines et nos doigts luisants de graisse de friture, et admirer les dessins d’enfants (pour un bon tiers estampillés JW.org, gloups!) qui décorent les murs ! De quoi oublier la maladie pendant quelques heures…

Un ultime mot sur l’attraction principale de la ville tout de même : le marché de la Plaza de los Ponchos, où tous les artisans de la région viennent étaler leurs marchandises multicolores. Une véritable industrie qui paralyse l’agglomération le samedi, le marché est pourtant présent tous les jours sous une forme allégée. Enfin tout est relatif, parce qu’à notre visite, il y avait environ vingt fois plus d’exposants que de chalands. Malgré les beaux ponchos, les pulls, les t-shirts, les sacs et les bibelots, le chalandage se fait dans une atmosphère un chouia oppressante, les artisans se disputant âprement les rares clients potentiels qui auront osé pointé le bout de leur nez. Du coup, peut-être vaut-il mieux privilégier le samedi si on veut de l’animation, ou passer inaperçu !

Informations pratiques

  • Dodo : Hostel El Geranio, 20$ en chambre double, sdb privée, et un petit déjeuner copieux et très bon inclus ; sinon le Runaway Inn, 10$ en chambre double, sdb privée, cuisine
  • Manger : ne ratez Sloppy Joe’s sous aucun prétexte, 3,75$ le burger-frites-coca de l’espace ! Sinon Bohemios fait un honnête chawarma et les Empanadas Argentinas de la rue Sucre sont excellentes. Pour du local, Mi Otavalito pour manger un horneado (3$).
  • Sorties : Parque Condor, 9,50$ l’entrée. Allez-y à 11h ou 16h pour voir les démonstrations de vol !

Quito et la moitié du monde

La capitale équatorienne aura eu beau essayer de se cacher, ou bénéficier des bons compliments de copains l’ayant visitée, on y entre sur la pointe des pieds et les sourcils français. Froncés, ça revient au même. Ben oui, les grandes villes en voyage, ça ne nous plaît pas. Surtout qu’à s’étendre sur des milliers de km² (alerte exagération) et à avoir douze terminaux de bus, elles amènent un surplus de trajets, de moyens de transport, et d’organisation, et on aime pas ça !
Une fois réfugiés dans un hôtel parfaitement médiocre en bordure du centre historique, on peut se lancer le sourire aux lèvres dans une de nos activités favorites : organiser la suite du voyage. En l’occurrence, prendre la température pour les croisières aux Galapagos et essayer de dénicher un séjour de quelques jours en Amazonie. Malgré l’insistance de nos lecteurs, nous sommes néanmoins au regret d’annoncer que nous ne raconterons pas cette après-midi passionnante passée dans la capitale à enchaîner les bureaux d’opérateurs touristiques et à décliner le désormais célèbre « bueno, vamos a ver » dans toutes les tonalités possibles…

Ce qu’on va plutôt faire, c’est parler de la visite de la Mitad del Mundo, le lieu où passe la ligne équatoriale de notre belle planète. Pour s’y rendre, rien de plus simple : il suffit de s’enfiler la bagatelle de 1h30 de bus dans Quito puis vers la petite ville de San Antonio de Pichincha, pour arriver devant la Ciudad Mitad del Mundo et s’apercevoir que c’est Disneyland ! Commerce sur restaurant sur re-commerce pour prendre une photo devant l’obélisque, merci mais NON MERCI ! L’esprit certainement carbonisé par le soleil zénithal, on achète 7$ nos tickets pour cette aberration et il s’en faut de peu pour qu’on y rentre ! Mais Laure, se rendant compte de la méprise, nous arrête au bon moment, on rend lesdits tickets et on va au musée Inti Ñan juste à côté, moins cher et bien plus intéressant.

La courte visite guidée nous offre quelques explications sur les tribus indigènes ayant habité ces régions, et surtout quelques expériences physiques savoureuses :
– dans un évier, l’eau s’écoule sans tourbillonner sur l’équateur, puis s’écoule en sens horaire ou antihoraire selon l’hémisphère,

– un œuf saura tenir en équilibre sur une tête de clou, il faut juste s’appliquer un peu, et on a droit au diplôme d’Eggmaster !

– la force centrifuge qui vous attire irrésistiblement d’un côté ou de l’autre si vous tentez de jouer au funambule sur la ligne !

En définitive un musée fort intéressant et ludique, mais un chouia court quand on vient de Quito (3h aller-retour pour 1h sur place) ! Au retour en ville, on s’offre quelques instants de répit dans le centre historique avant de prendre le bus de nuit, car oui, on a trouvé un séjour en Amazonie !! 🙂

Informations pratiques

  • Dodo : Hostal Belmont Plaza, 14$ en chambre double, sdb privée. Pas top et légèrement excentré par rapport au centre historique, mais fait le taf.
  • Manger : almuerzos et meriendas à partir de 2$ un peu partout, notamment El Buen Pollo à 50m de l’hostal
  • Mitad del Mundo : prendre le bus à La Ofelia jusqu’à Disneyland, longer sur la droite et entrer au Muséo Inti Ñan, 4$ par personne la visite guidée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *