Sur les traces des Mayas à Copan

L’aventure continentale se poursuit à Copan Ruinas, l’illustre cité Maya de l’extrême ouest du pays à 12km de la frontière avec le Guatemala. C’est à dire, à l’opposé complet de la direction prévue ! Ah ces voyages organisés, je vous jure…

Cette petite ville de moins de 10 000 habitants n’était à la base qu’un campement pour les archéologues qui avaient découvert le site. Aujourd’hui, le site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et c’est la plus grande attraction touristique du pays avec les Islas de la Bahia (Utila, Roatan et Guanaja).

Vu notre niveau de connaissance sur la civilisation Maya, qu’importe l’extra, on a décidé de découvrir le site avec un guide ! Une drôle de petite bande se forme alors pour aller à l’assaut des majestueuses ruines : un canadien à la barbe bien fournie et à la voix d’ours, une argentine tout droit sortie d’un magazine de mode, un couple de Californian honeymooners (eh oui, apparemment le Honduras peut tout à fait être une destination de lune de miel), un couple de surfers australiens blonds et bronzés et nous autres touristes du Vieux Continent !

Douglas, notre guide hondurien qui vient d’attraper le chikungunya, nous fait partager sa passion dans la douleur, mais dans la bonne humeur ! On apprend tout de la cité Maya, de sa naissance à son apogée et de son âge d’or à sa décadence. Les 16 seigneurs qui se sont succédé à la tête de la cité portent tous des noms poétiques et imagés : « Jaguar de lune », « Serpent de fumée », « Jaguar nénuphar » et… « 18 Lapins ». What ?

Autour du campo de pelota (terrain de jeu de balle, voir le dessin animé La Route d’Eldorado pour ne pas du tout savoir à quoi ça ressemble), Douglas nous raconte la légende Maya de la création du soleil et de la lune autour des deux jumeaux Hunahpu et Ixbalanque (que les frères Grimm ont allègrement pompé, apprend-on avec force surprise) ! Une histoire incroyable où les deux jumeaux affrontent les seigneurs de la mort de l’inframonde pour venger la mort de leurs parents.

On se balade sur le site entre l’acropole et les stèles, véritable écrin d’histoire encerclé de verdure et survolé par les somptueux aras macao ! L’ensemble est assez magique et bien plus grand que ce qu’on attendait ! Le clou du spectacle est le fameux « escalier hiéroglyphique », avec plus de 2200 glyphes répartis sur 62 marches et plus de 20m de haut ! En bref, on n’a pas été déçus du voyage : le site est magnifique, criblé de perroquets chatoyants et relativement vierge de touristes. Le combo gagnant quoi !

Après la visite du site, nous nous décidons à aller déguster des petites douceurs à la maison du thé et du chocolat. Flanqués de nos surfers australiens, nos nouveaux meilleurs copains, on y découvre un petit havre de verdure et de bien-être, perché dans les hauteurs de la ville ! David Sedat, un des archéologues ayant exhumé la tombe du premier seigneur de Copan en 1995, est resté très attaché à l’endroit et y a créé un petit centre de recherche dédié à la reforestation et à l’agriculture durable autour des fruits et herbes médicinales. Sont cultivés entre autres dans ce petit paradis, des fruits du dragon et de la passion, du cacao, du yucca, du gingembre et ce fameux fruit aux vertus multiples : le noni, découvert à Utila dans le jardin de Shelly Mac.

A la maison du thé et du chocolat, tous les produits sont faits maison et comptent de nombreuses propriétés médicinales. Ici, l’idée est aussi et surtout de partager le savoir sur ces herbes médicinales avec les visiteurs. On est ainsi accueillis comme des rois avec une tasse de thé de noni, des petites douceurs aux fèves de cacao et graines de citrouille, et un livret explicatif sur la maison et les propriétés de chacun des fruits/herbes utilisés. Confortablement installés sur la terrasse, au milieu des arbres et des montagnes, on se délecte d’un chocolat chaud traditionnel Maya au piment avec un délicieux cookie au cacao ! Miam ! Un bel endroit avec une jolie philosophie qui donne des idées de reconversion à Laure !

Notre escale à Copan se termine en apothéose par une partie de billard endiablée avec nos amis australiens : en attendant de (peut-être) les retrouver sur une planche de surf au Nicaragua, nos prochains stops sont les villages de Gracias et La Esperanza, dans les montagnes !

Un Commentaire

  1. Super article, mais qui a gagné la partie de billard ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *